Une seule molécule manque et le monde cellulaire est dépeuplé

30 juin 2017

Des chercheurs de l’Université de Genève ont découvert le rôle indispensable que joue une molécule dans la division cellulaire, ouvrant de nouvelles pistes de réflexion dans la lutte contre le cancer et le VIH.

Les cellules se multiplient en se dupliquant : elles grossissent, répliquent leurs composants et se scindent finalement en deux. De nombreuses maladies sont justement liées à des défauts de division cellulaire, à l’image du cancer. Comprendre le mécanisme de cette division est donc primordial dans la recherche de traitements anticancéreux. Des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE), en collaboration avec le IMBA- Institut de biologie moléculaire du Vienna Biocenter (VBC) et le Cornell Weill College de New-York, se sont penchés plus particulièrement sur le rôle des protéines ESCRT, responsables de la coupure de la membrane cellulaire. Celles-ci s’assemblent en spirales qui vont progressivement provoquer la coupure de la membrane, des spirales qui se renouvellent sans cesse grâce à la molécule Vps4. Sans cette dernière, le renouvellement s’arrête, empêchant finalement la coupure de la membrane. Cette recherche, à lire dans la revue Nature Cell Biology, apporte un nouvel éclairage dans la lutte contre le cancer et le VIH, tous deux dépendants de la division cellulaire. En savoir plus


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page