Actualités

Nommination du Dr Gilles Pagès à la Présidence de la Société Française d'Angiogenèse

21/04/2016

Le Dr Gilles Pagès, DR1 Inserm, Chercheur à l’IRCAN à Nice, a été élu Président de la Société française d’angiogenèse. En savoir plus

Cancers du sang: mise en évidence du rôle des protéines Dok1 et Dok2 dans le contrôle de la division des précurseurs des cellules sanguines

21/04/2016

Cancers du sang: mise en évidence par les équipes du Centre de recherche en cancérologie de Marseille (CRCM - Inserm/IPC/CNRS/AMU) du rôle des protéines Dok1 et Dok2 dans le contrôle de la division des précurseurs des cellules sanguines, découverte pertinente pour la compréhension des premiers signes d’apparition des syndromes myéloprolifératifs.

41e Colloque de la société de neuroendocrinologie

31/03/2016

Le 41e colloque de la société de neuroendocrinologie a eu lieu du 5 au 8 Octobre 2016 à l'IUT sur le campus Grimaldi de l'Université de Corse Pasquale Paoli. De nombreux chercheurs se sont réunis pour échanger sur la neuroendocrinologie. Parmi les temps forts du congrès, on peut citer l'intervention de Patrice Debré lors d'une conférence grand public sur les microbiotes et un speed dating pour les lycéens de Corte.

10e PRINTEMPS DES CHERCHEURS | 19-29 AVRIL 2016

31/03/2016

Le programme du 10e Printemps des chercheurs est en ligne ! Rendez-vous à partir du 19 avril à la Bibliothèque l'Alcazar.

Voir le programme.

Publication dans eLife de l’équipe de Gaël Cristofari (IRCAN, Nice)

31/03/2016

Plus de la moitié de notre ADN est constitué d’éléments transposables, notamment les rétrotransposons de type LINE-1, qui peuvent se multiplier et s’insérer à de nouvelles positions chromosomiques sur un mode copier-coller, via une étape de réverse transcription. Ils sont particulièrement actifs dans les cancers épithéliaux, mais également dans les cellules sénescentes ou dans le cerveau. Comme ils sont presque identiques entre eux, il était jusqu’à présent impossible de savoir si leur activation résulte d'un dérèglement général au cours duquel les mécanismes de protection cellulaires sont abolis, conduisant à une mobilisation massive de toutes les copies, ou si, au contraire, seul un petit nombre parvient à échapper à ces contrôles. Grâce à une nouvelle approche, publiée dans la revue eLife, intégrant séquençage à haut-débit, génomique, épigénomique et bioinformatique, l'équipe de Gaël Cristofari et ses collaborateurs à l'Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement de Nice (IRCAN), ont résolu cette question. Voir la publication.

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes