Laurent Boyer (C3M) - Publication dans Nature Microbiology

11 janvier 2021

L'équipe de Laurent Boyer, chargé de recherche au Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire (C3M - Inserm/Université de Côte d'Azur) et ses collaborateurs ont publié une étude dans la revue Nature Microbiology. Ce travail ouvre des perspectives sur de nouvelles stratégies de traitement des patients infectés par des microorganismes virulents et de sur la détection des patients sensibles à la bactériémie. Voir la publication

Escherichia coli est la bactérie la plus fréquemment retrouvée dans le sang des patients bactériémiques et une cause majeure de décès. L'étude publiée apporte la preuve de l’importance de l'inflammasome NLRP3 dans l’élimination des Escherichia coli uropathogènes exprimant la toxine CNF1 au cours de la bactériémie chez la souris. Les inflammasomes sont des plateformes de signalisation assemblées en réponse à une infection ou à une inflammation stérile par des récepteurs de reconnaissance de motifs cytosoliques. Les résultats de l'étude montrent que l’inflammasome NLRP3 permet la détection des Escherichia coli pathogènes par la détection de l'activité des toxines bactériennes qui activent les GTPases de la famille Rho. L’étude de la toxine CNF1 a permis de montrer l’importance de la phosphorylation sur la thréonine 659 de NLRP3, médiée par les kinases Pak1/2, permettant l'activation de l'inflammasome et la maturation de la cytokine IL-1ß, un médiateur important de la réponse immunitaire. NLRP3 est également impliqué dans la reconnaissance d’autres facteurs de virulence activateurs des RhoGTPases présents chez d'autres bactéries (Bordetella ou Salmonella), indiquant que ce mécanisme de l’immunité innée est plus généralement impliqué dans la reconnaissance de la virulence des bactéries. A plus long terme, le travail engagé permettra de proposer de nouvelles stratégies de traitement des patients infectés par des microorganismes virulents et de détecter les patients sensibles à la bactériémie. De plus, ces découvertes permettront d’améliorer notre compréhension des mécanismes d'interaction entre l’hôte et les microbes virulents et d’ouvrir la voie vers le traitement de nombreuses maladies infectieuses.

Contact chercheur:

Laurent Boyer
Chargé de recherche Inserm
Centre de Médecine Moléculaire Méditerranéen
boyerl@unice.fr
Tél. 04 89 06 42 61


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes