La semaine du cerveau 2020

04 février 2020

La 22ème édition de la Semaine du Cerveau aura lieu du 16 au 22 mars 2020 en France et dans 62 pays dans le monde. Plusieurs villes du département des Bouches-du-Rhône et de la région PACA sont largement impliquées dans la programmation des événements dans notre région. Au programme : expositions, ciné-débats, spectacles, ateliers, rencontres, conférences, animations scolaires, café sciences.

Le thème cette année est : « Notre cerveau : des neurones… et quoi d’autre ? ». En savoir plus

Marseille :

Atelier

Mercredi 18 mars 2020 à 10h et 14h

Geneviève CHAZAL, chercheure honoraire Inserm, Marseille et "les Petits Débrouillards"

Bibliothèque Saint-André -6 boulevard Jean Salducci, 13016 Marseille

Ateliers scientifiques pour les 8-12 ans

Observer, manipuler, échanger, et découvrir, voici ce que propose cet atelier qui permettra aux enfants d’aller à la découverte du cerveau pour comprendre ce qui nous sert à apprendre. La présence de Geneviève Chazal, chercheur permettra à tousde poser des questionset de découvrir le métier de chercheurs.

 Inscriptions obligatoires: 04 91 03 72 72

Conférence

Mercredi 18 mars 2020 à 18H

Vincent Prévot, Directeur de recherche Inserm, Lille

BMVR Alcazar –58 cours Belsunce, 13001 Marseille

Des cellules garde-barrière pour contrôler notre santé et nous permettre de bien-vieillir

Prendre soin de sasanté et bien vieillir est un enjeu. La survie de l’individu dépend de la capacité de son cerveau à communiquer en permanence avec le reste de son corps.Ce dialogue est indispensable pour réguler les grandes fonctions du vivant telles que la reproduction, la croissance et l’alimentation, mais aussi le maintien de l’équilibre corporel. Cette conférence mettre en lumière des découvertes récentes qui permettent de mieux comprendre le rôle de certaines cellules qui agissent comme des «garde barrière» au sein de notre cerveau.Une place importante sera consacrée aux échanges.La partie de notre cerveau que l’on nomme hypothalamus, héritée de nos ancêtres reptiliens, est le chantre de cette communication. Les informations émanant des organes périphériques, les hormones, circulent par voie sanguine.Cependant afin de permettre à l’hypothalamus de percevoir ces signaux qui sont souvent constitués de petites protéines, ceux-ci doivent passer à travers la barrière hématoencéphalique qui empêche les molécules et les cellules présentes dans le sang de rentrer librement dans le cerveau. Nous discuterons au cours de cette conférence de la récente identification de laporte d’entrée de ces hormones dans l’hypothalamus et des cellules, les tanycytes, qui jouent le rôle de garde-barrière.Ces cellules ne sont pas des neurones mais des cellules gliales qui forment le plancher de l’un de nos ventricules cérébraux et constituent un lien physique entre le sang et le liquide qui y circule et qui baigne notre cerveau, le liquide céphalorachidien. Cette conférence montreracomment notre mode vie est susceptible d’influencer le fonctionnement de ces cellules et les possibles conséquences de leuraltération sur notre santé et notre vieillissement.

Causerie

Vendredi 20 mars 2020 –12h

Clément Menuet, Chargé de recherche Inserm, Marseille 

Bibliothèque universitaire de la Faculté des Sciences de Luminy (L’hexagone) –163 avenue de Luminy, 13009 Marseille

Le cerveau coordonne les activités respiratoires et cardiovasculaires : pourquoi et comment?

Nous respirons et notre cœur bat de façon autonome presque sans que nous nous en rendions compte. Ces mécanismessont souvent mal connus.Cette causeriefera le point sur la manière dont le cerveau interagit avec le système cardiovasculaire et respiratoire.Le rythme cardiaque et la pression artérielle augmentent pendant l’inspiration et diminuent pendant l’expiration.Ce phénomène est généré dans le cerveau, par l’interaction entre des neurones respiratoires et des neurones cardiovasculaires. Une place importante sera consacrée aux échanges.Chez les mammifères, dont l’Homme, le transport de l’oxygène depuis l’air ambiant jusqu’aux cellules de l’organisme est assuré par la complémentarité entre deux grandes fonctions physiologiques : la respiration pulmonaire et l’activité cardiovasculaire. Dans le tronc cérébral, à la base du cerveau, un réseau de neurones dits « respiratoires »génère la commande entraînant la contraction des muscles respiratoires. De même, un autre réseau de neurones dits « cardiovasculaires »génère la commande régulant les battements cardiaques et la contraction des artères. Les réseaux de neurones respiratoires et cardiovasculaires sont indépendants, mais ils communiquent également entre eux. En particulier, les neurones respiratoires modulent l’activité des neurones cardiovasculaires, ce qui conduit à un rythme cardiaque qui augmente pendant l’inspiration et diminue pendant l’expiration, et de même au niveau de la pression artérielle. Les mécanismes neuronaux à l’origine de ce phénomène sont encore très mal compris.

Café des convivialités et des savoirs

Lundi 23 mars2020 –18h

Agnès Baude,  Chargée de Recherche Inserm, Marseille

Maison de l’Apprenti –83 boulevard Viala 13015 Marseille

Cerveau et substances toxiques: quelles menaces pour nos neurones?

Les substances toxiques peuvent menacer notre cerveau. On le sait. Mais on sait mois comment ces substances agissent sur le cerveau. Ce café des convivialités et des savoirs décrira dans un premier temps le fonctionnement du cerveau pour expliquer comment les substances toxiques viennent l’altérer.Une place importante sera consacrée aux échanges.Le cerveau humain est constitué de 100 milliards de cellules nerveuses (neurones) qui formententre elles 100 000 milliards de contacts (synapses). Qu’est-ce qu’une synapse? Commentl’informationse transmet d’un neurone à l’autre (neurotransmission) ? Comment dessubstancestoxiques (alcool, drogues, polluants...) peuvent altérer la neurotransmission et ainsinotre comportement ?

Film documentaire suivi d'une table ronde

Mercredi 25 mars 2020 –17h

Francesca DE ANNA, Psychologue, Valérie CERASE, Gériatre et Mira DIDIC, Neurologue INSERM, Marseille

BMVR Alcazar, 58 cours Belsunce, 13001 Marseille

On va où Ana ? Documentaire d’Adriana ROJAS et Geneviève GUHL

Ce film témoigne de la créativité qui peut naître d’un déséquilibre de systèmes neuraux dans le contexte d’une maladie neurodégénérative et qui permet à Patrick et Ana de construire des itinéraires créatifs afin d’éviter l’enfermement dans la maladie, en défiant la « tyrannie de la normalité ».Où naît la création artistique? Si la volonté de créer en dehors de tout courant artistique a été explorée au travers de l’« art brut », l’apparition d’une créativité nouvelle peut aussi rarement être observée chez certains patients cérébrolésés.Patrick, atteint d’une maladie neurodégénérative rare, a commencé à créer, ce qu’il ne faisait pas auparavant, en assemblant des objets, en décorant desvêtements de coquillages ou encore en jouant avec les mots. Soutenu par Ana, son épouse, que ce soit aux bords de la Méditerranée, à Marseille et en Corse, ouen Colombie, aux rythmes latins, il transforme la maladie en créativité.Chez Patrick, l’origine de cette créativité résulte d’une modification de la dynamique de réseaux neuraux cérébraux, le « néant » trouvant son origine dans une « libération du milieu interne »En s’appuyant sur la créativité artistique, Patrick et Ana réinventent leur vie au jour le jour et traversent ensemble les bouleversements de la maladie. Transformer le regard de l’autre sur la maladie et échapper à la tyrannie de la normalité, c’est le combat quotidien d’Ana. Ensemble, ils ont trouvé une réponse singulière permettant à Patrick de résister et de garder les liens avec sa famille et la société. Soutenue par la bienveillance, l’expression artistique peut devenir un mode de communication entre la personne malade et ceux qui l’accompagnent, permettant de garder les liens avec sa famille et la société.


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes