La fibrillation auriculaire favoriserait le déclin cognitif et la démence

13 juillet 2017

Suite à l’analyse de données de la cohorte britannique Whitehall II, comprenant plus de 10 000 personnes suivies depuis 30 ans, l’équipe Inserm dirigée par l’épidémiologiste Archana Singh-Manoux montre que la fibrillation auriculaire serait un facteur de risque de déclin cognitif et de démence. En savoir plus.


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes