Actualités

Une nouvelle méthode ouvre la voie à l’étude des protéines à séquence répétée

24/04/2018

Certaines pathologies – c’est notamment le cas de la maladie de Huntington - sont causées par des protéines présentant un nombre anormalement élevé de répétitions d’un même acide aminé. La structure protéique adoptée au niveau de ces répétitions est désordonnée et non accessible aux outils d’analyse actuels. Mais à Montpellier, l’équipe de Pau Bernadó vient de mettre au point une nouvelle méthodologie permettant de s’affranchir de cette limite. Ce travail ouvre la voie à une meilleure compréhension de la maladie de Huntington, mais également à l’étude d’autres maladies héréditaires associées à ce type de phénomène. En savoir plus

StopBlues, un site et une appli pour prévenir le mal-être

23/04/2018

Une équipe Inserm a développé StopBlues, un dispositif numérique pour agir sur le mal-être psychologique qui, s’il n’est pas reconnu, peut conduire à des troubles plus sévères comme la dépression ou le suicide. En savoir plus

SLA : les motoneurones malades changent de régime

17/04/2018

Les patients atteints de sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot) perdent progressivement l’usage de leurs muscles suite à la mort des motoneurones qui les innervent. La collaboration entre plusieurs équipes bordelaises vient de révéler des mécanismes métaboliques permettant aux motoneurones de résister temporairement à leur dépérissement. Ces mécanismes expliquent certaines caractéristiques paradoxales de la maladie et ouvrent de nouvelles pistes de recherche thérapeutiques. En savoir plus

Publication - Barbara Bardoni (IPMC) dans Nucleic Acids Research

17/04/2018

Le syndrome de l’X Fragile (SFX) est la forme héréditaire de déficience intellectuelle et de trouble du spectre autistique la plus fréquence, cusée par la perte de la protéine Fragile X Mental Retardation Protein (FMRP), qui lie les ARN messagers pour réguler leur transport et leur traduction. La localisation de la protéine FMRP à la synapse lui confère un rôle clé dans la modulation de l’expression de protéines impliquées dans la transmission synaptique et la fonction neuronale. Barbara Bardoni et son équipe ont pu mettre en évidence l’implication de la protéine FMRP dans des voies de signalisations différentes en fonction des régions cérébrales étudiées. Dans leur recherche, ils ont également confirmé le rôle de cette protéine dans le fonctionnement d’autres types cellulaires, comme les astrocytes, les oligodendrocytes et la microglie. Voir la publication

Publication - Jean-Ehrland Ricci (C3M) dans Cell Metabolism

17/04/2018

Les chercheurs du C3M (UNS/Inserm) ont montré chez la souris qu’une réduction partielle en protéine mais pas en glucide dans le régime alimentaire (tout en étant isocalorique) permettait de limiter la croissance tumorale via la mise en place d’une immunité anti-tumorale. C’est la première démonstration qu’un type de régime alimentaire permet de limiter la croissance tumorale, non pas en limitant la prolifération cellulaire mais plutôt en induisant une réponse immune anti-tumorale. Ce travail permet aussi de dire que le type de nutriment présent dans la nourriture est probablement plus important pour limiter la croissance tumorale que l’apport calorique global. Voir la publication / Consulter le communiqué de presse

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes